Placement en maison de retraite, que faire en cas de refus du senior ?

admin

L’entrée en maison de retraite médicalisée n’est pas un sujet à prendre à la légère, surtout lorsque la personne concernée n’est pas en phase avec ce changement de vie. Mais certains évènements de la vie comme par exemple la survenue d’une maladie, une chute entrainant une perte d’autonomie, la perte d’un conjoint, nécessitent une prise en charge plus régulière de la personne âgée. Bien souvent, les enfants, la famille ou l’entourage proche ne peuvent pas les assumer et s’en occuper en permanence, et ce pour de multiples raisons (manque de temps, la distance …).

Qu’est-ce qu’une maison de retraite médicalisée ?

Les maisons de retraite médicalisées sont appelées aujourd’hui des « établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes » (EHPAD). Lorsqu’une personne âgée est en perte d’autonomie, le placement dans une maison de retraite simple, c’est-à-dire non médicalisées, n’est alors plus possible. Une surveillance permanente est nécessaire et des soins médicaux peuvent être prodigués auprès de la personne âgée.

Pour être accueilli en EHPAD, il faut avoir au moins 60 ans et avoir besoin de soins et d’aide au quotidien pour effectuer les actes de la vie courante.

 

Qui décide d’une entrée en maison de retraite médicalisée ?

Il arrive que la demande d’entrée en maison de retraite médicalisée (EHPAD) émane directement de la personne âgée si elle constate qu’il devient de plus en plus compliqué de rester à son domicile.

Plus généralement, c’est la famille qui est à l’origine de la demande d’admission en EHPAD. Malgré tout, le consentement de la personne concernée est indispensable à son placement et peut représenter un problème majeur en cas de refus catégorique.

Enfin, le médecin traitant ou le médecin du service hospitalier dans le cadre d’une hospitalisation peut aussi formuler une demande d’entrée en établissement médicalisé s’il le juge indispensable. Il reste néanmoins dans l’obligation d’en informer la famille et le patient.

Le médecin peut préconiser le placement ou bien, si cela est possible, la mise en place de service d’aides à domicile et d’un service de téléassistance pour sécuriser davantage le senior à son domicile et ce 24h/24. Pour en savoir plus sur les solutions de téléassistances existantes, cliquez-ici.

 

Comment agir en cas de refus de la personne âgée ?

Plusieurs raisons peuvent dissuader une personne âgée d’entrer dans un établissement médicalisé.

  • La volonté de rester le plus longtemps possible à son domicile dans lequel la personne a tous ses repères, ses habitudes, ses souvenirs …
  • Le fait de ne pas accepter la perte d’autonomie constatée par l’entourage ou même le corps médical.
  • Le budget qui reste conséquent pour un placement en maison de retraite médicalisée et qui peut parfois nécessiter la contribution financière des enfants.
  • La peur du changement, de l’inconnu.

Si la personne âgée refuse catégoriquement de quitter son logement, il est toujours possible de mettre en place des services d’aide à domicile, à condition que l’état de santé physique et mentale de la personne le permette.

Il existe bon nombre de services pour le maintien à domicile :

  • Services de soins à domicile : avec des aides-soignants, infirmiers, auxiliaires de vie qui réalisent des actes de soins (toilettes, pansements, injections…)
  • L’aide au repas, à l’autonomie pour le lever, le coucher, la toilette et l’habillage.
  • L’aide-ménagère pour l’entretien du domicile, les lessives, le repassage …
  • L’accompagnement pour les activités en extérieur : promenades, courses …
  • Les services de téléassistance pour sécuriser la personne à son domicile et rassurer l’entourage proche (famille, voisins) è Découvrir NOVIAcare, solution qui sécurise le senior à son domicile.

Le recours à ces services permet au senior d’être accompagné au quotidien par des professionnels ce qui représente un avantage pour les aidants qui n’ont pas toujours la possibilité de tout gérer.

 

Il peut arriver que ces services ne soient plus suffisants pour le maintien à domicile et qu’un placement soit fortement recommandé par les professionnels de santé.

Si le senior est toujours contre cette idée, il est possible de recourir à l’accueil de jour ou à l’hébergement temporaire.

L’accueil de jour permet à la personne âgée de passer la journée au sein de l’établissement, de participer aux activités, tisser des liens et recevoir les soins dont elle a besoin.

L’hébergement temporaire est conçu pour permettre aux personnes de continuer à vivre chez elle et de pouvoir ponctuellement avoir recours à un hébergement temporaire. Cette solution peut être une première étape avant une entrée définitive en maison de retraite médicalisée ce qui permet à la personne âgée de profiter encore de son logement.

Selon les besoins du senior, l’hébergement peut être ponctuel (quelques jours), régulier (1 semaine par mois par exemple), sur des périodes répétées dans l’année (1 mois 3 ou 4 fois par an) ou sur des longues périodes (3 mois d’affilées par exemple).

 

Avant de prendre la décision d’un placement définitif, il convient donc de se poser les bonnes questions en amont, d’évaluer les besoins de la personne âgée et de prendre en considération ses désirs pour favoriser son bien-être.

Articles connexes
  • Le saviez-vous ? Les services de téléassistance sont éligibles au crédit d’impôt. Lire l'article
  • Plan antichute des personnes âgées Lire l'article
  • Seniors : quelles résolutions prendre pour cette nouvelle année ? Lire l'article
  • Rompre l’isolement des personnes âgées, quelles solutions ? Lire l'article
  • Protection des données, sécurité des systèmes de téléassistance Lire l'article
  • Que faire quand votre proche refuse la téléassistance ? Lire l'article
  • Journée Nationale des Aidant.e.s, quels sont les enjeux ? Lire l'article
  • Comment prévenir les chutes chez les personnes âgées ? Lire l'article
  • Application NOVIAcare : comment l’utiliser et quels sont les bénéfices ? Lire l'article
  • Bracelet de téléassistance pour seniors : avantages et inconvénients Lire l'article
  • L’impact de la COVID-19 sur les seniors Lire l'article
  • [COMMUNIQUÉ DE PRESSE] NOVIAcare équipe la nouvelle résidence senior conçue par Polylogis dans la commune des Pavillons-Sous-Bois (93) Lire l'article
  • [ Interview ] Autonomie et maintien à domicile des personnes âgées, quel est le rôle de l’ergothérapeute ? Lire l'article
  • [VIDÉO] Découvrez la solution de maintien à domicile NOVIAcare Lire l'article
  • L’importance du rôle du pharmacien dans le maintien à domicile des seniors Lire l'article
  • 10 incontournables pour bien vieillir chez soi Lire l'article
  • Quelles aides financières pour l’installation d’une solution de téléassistance à domicile ? Lire l'article
  • Quelles solutions pour favoriser l’aide à la toilette et à l’hygiène des seniors à domicile ? Lire l'article
  • Résidence senior ou maintien à domicile : que choisir ? Lire l'article
  • L’impact d’un mauvais sommeil chez les seniors Lire l'article
  • Confinement : les avantages de la téléassistance pour veiller sur nos ainés Lire l'article
  • L’importance de l’alimentation pour préserver l’autonomie des seniors Lire l'article
  • Quelles solutions pour éviter la perte d’autonomie liée à l’activité, chez les seniors ? Lire l'article
  • Quelles sont les innovations en matière de bien vieillir ? Lire l'article
  • Comment bien choisir sa solution de téléassistance ? Lire l'article
  • Le recours à une aide à domicile en cas en de perte d’autonomie Lire l'article
  • Pourquoi faire appel à une solution de téléassistance pour les personnes âgées ? Lire l'article
  • La déshydratation en 5 questions chez les personnes âgées Lire l'article
  • Téléassistance des personnes âgées : comparatif des solutions existantes Lire l'article
  • L’importance des exercices pour les personnes âgées Lire l'article
  • La pédagogie Maria Montessori appliquée aux plus âgés Lire l'article
  • Comment faire accepter une aide pour ses proches ? Lire l'article
Je suis intéressé(e)
Pour moi ou pour un proche
Être recontacté